Skip to Menu Skip to Search Nous contacter France Sites web & Langues Skip to Content

Le 15 juin 2012, la certification ISO 20121 a récompensé l’immense travail des équipes LOCOG (The London Organising Committee of the Olympic and Paralympic Games) sur la conception et l’organisation de Jeux Durables ainsi que sur le leg d’un héritage positif après l’événement. Du côté de l’équipe d’auditeurs experts SGS, l’audit a été vécu comme un véritable marathon : il s’est poursuivi sur 40 jours, répartis en 6 étapes.

40 jours pendant lesquels les auditeurs ont observé, analysé, contrôlé, bref, confronté le système de  management du Locog avec les exigences de l’ISO 20121 tout au long du cycle de vie de l’événement. Une prouesse vu le temps imparti, à la fois très long et très court compte tenu de l’ampleur de la manifestation, de la multiplicité des parties prenantes, des enjeux phénoménaux des JO, sans parler des difficultés inhérentes à l’application d’une toute nouvelle norme.

Le passage de la flamme olympique dans tout le pays marque le début de la célébration des Jeux. Les auditeurs experts SGS sont à pied d’œuvre. Il leur appartient de vérifier sur quelques sites rigoureusement sélectionnés si les manifestations se déroulent conformément à la stratégie du Locog et si les exigences de la norme ISO 20121 sont bien respectées. La phase d’audit de surveillance des Jeux débute, la conformité du système de management des événements du Locog à la norme ayant déjà été établie via l’audit de certification au début de l’été 2011.

Juillet 2012, à Ealing, focus sur les relations entre le Locog et ses parties prenantes
Le dialogue avec les autorités locales a été constructif. Des poubelles pour trier et recycler les déchets générés par la manifestation ont été mises en place. Un bémol cependant: les auditeurs constatent que la piètre qualité des objets promotionnels de certains sponsors les transforme instantanément en déchets. Du coup, il n’y a pas assez de poubelles. Tous les sponsors ne sont visiblement pas au même niveau dans leur intégration des enjeux de développement durable…

Début août, la question du management et de l’éducation des volontaires est abordée à Greenwich Park Les auditeurs experts SGS vérifient, en interviewant la responsable des équipes, que leurs horaires de travail sont légaux. Une procédure permettant de remonter les incidents est en place. Des réunions de debrief quotidiennes contribuent à la montée en compétences des volontaires. Leur sensibilisation aux enjeux de développement durable est bien assurée.

Quelques jours plus tard, sur le Parc Olympique, c’est l’audit de McDonalds
Premier point: les auditeurs experts SGS doivent s’assurer que le sponsor est bien en ligne sur l’objectif « 0 déchet à l’enfouissement ». L’interview de la responsable partenaire et sponsor Locog fait apparaître qu’une attention toute particulière a été portée sur le sourcing de matériaux compostables, y compris pour les couvercles des gobelets à café, avec pas moins de 110 matériaux passés au crible. En cuisine, l’huile de cuisson est mise de côté. Elle sera réutilisée pour la production de biocarburant.

Second point incontournable à analyser par les auditeurs: l’approvisionnement durable. Poulet et bœuf proviennent de Grande-Bretagne et d’Irlande. En revanche, il n’a pas été possible de privilégier le poulet fermier vu l’importance des quantités, explique la responsable. Dernier point: comment McDonalds contribue-t-il à la réduction des émissions de CO2 ? Parmi les actions menées par l’enseigne, les auditeurs constatent que McDonalds encourage vivement ses équipes, recrutées dans d’autres restaurants et logées à Londres, à emprunter les transports en commun pour se rendre sur le Parc Olympique.

Mi-août 2012, les auditeurs experts SGS ont rendez-vous avec le directeur des services techniques de Londres 2012, société en charge des cérémonies d’ouverture et de clôture
Ils souhaitent vérifier quels sont les plans d’actions élaborés pour atteindre les objectifs fixés. Parmi toutes les questions abordées, les auditeurs s’attachent particulièrement à celle, très délicate, des fournisseurs. Il s’avère que les procédures mises en place ne leur permettent pas de recevoir de paiement sans avoir au préalable signé un engagement en faveur du développement durable. Par ailleurs, une communication étroite est maintenue avec les fournisseurs et « last but non least », ceux-ci sont régulièrement évalués.

Quelques semaines après le dernier audit de surveillance des Jeux, pour la compétition paralympique de voile dans la baie de Weymouth, les auditeurs experts SGS enchaînent avec les audits de surveillance prévus après les Jeux pour statuer sur l’héritage laissé par l’ensemble de la manifestation. La certification du Locog a largement contribué à la médiatisation de la norme ISO 20121, elle-même partie intégrante de l’héritage positif des Jeux Olympiques et Paralympiques de Londres 2012. La boucle est bouclée. Vertueusement.