Skip to Menu Skip to Search Nous contacter France Sites web & Langues Skip to Content

La Fédération Française de Tennis (FFT), engagée depuis de nombreuses années dans une stratégie de responsabilité sociétale, a souhaité aller encore plus loin dans sa démarche de développement durable en certifiant ISO 20121 son tournoi Roland-Garros. Le 20 mai dernier, Philippe Fusiller, Président de SGS ICS remet le certificat ISO 20121 à Jean Gachassin, Président de la FFT.

Etat des lieux
Depuis 2008, date de la réalisation d’un premier bilan carbone du tournoi et début de la réflexion sur le recyclage des balles de tennis qui a donné lieu en 2009 à l’Opération Balle Jaune, la FFT n’a cessé de progresser sur la voie du développement durable.

Dès 2010, de nombreuses actions ont été mises en place : tri des déchets, création d’une équipe verte pour sensibiliser le public au tri, incitation aux transports en commun, flotte de véhicules plus verte, installation d’un éco-comparateur, réduction des consommations d’eau et d’énergie, dématérialisation des supports d’édition, utilisation de papier recyclé ou certifié PEFC pour l’ensemble des éditions…

Depuis 2014, ces initiatives ont débouché sur une véritable stratégie dont l’un des premiers objectifs est d’intégrer la responsabilité sociétale à tous les niveaux de la FFT. L’organisation d’événements responsables fait donc partie intégrante de cette démarche, et la volonté de certifier les Internationaux de France s’est logiquement et unanimement imposée.

La certification ISO 20121
La norme ISO 20121 a pour objectif d’aider les organisations à intégrer les principes de développement durable dans leurs activités liées aux événements. Parue pour les Jeux Olympiques de Londres 2012, elle est issue de la norme BS 8901, élaborée pour accompagner la candidature de la capitale britannique dans l’organisation responsable de l’événement.

Elle s’adresse à tous les intervenants de la chaîne événementielle, quelles que soient leurs tailles ou leurs fonctions : propriétaires ou organisateurs d’événements, réceptifs, traiteurs, prestataires techniques, etc.

Son périmètre peut s’étendre à une série d’événements ou se limiter à un événement unique, d’une durée ponctuelle ou indéterminée, sur une partie ou la totalité de son cycle de vie, sur un ou plusieurs sites. Fondée sur un système de management avec un processus d’amélioration continue, la norme ISO 20121 invite les organisations à optimiser la prise en compte des enjeux environnementaux, sociaux et économiques et des exigences de leurs parties prenantes.

Les étapes de mise en œuvre de la démarche par la FFT
Une première étape de mise en conformité a été réalisée de janvier à mars 2014, avec l’accompagnement d’un cabinet conseil afin de structurer la démarche de développement durable. Un diagnostic a ensuite été réalisé.

Fin mars 2014, la FFT a fait appel à SGS pour faire auditer son événement « Roland Garros ». L’audit a trois objectifs : confirmer que le système de management soit conforme aux exigences de la norme ISO 20121 ; que l’organisation mette en œuvre les processus établis et qu’elle évalue et améliore les performances de son système de management.

Fin avril, SGS audite les différents processus (identification et évaluation des enjeux, dialogue avec les parties prenantes, maîtrise opérationnelle, chaîne d’approvisionnement, communication, revue de direction et audit interne…) et les directions de la FFT (DG, logistique travaux et sécurité, RH,  B to C et restauration…). SGS assure également les entretiens avec les parties prenantes (représentant des salariés permanents, acheteurs produits dérivés, coordination service aux joueurs, prestataires…).

Dans le cadre de cet audit, la FFT a mis en avant des processus internes déjà structurés en termes de pilotage, de partage et de circulation de l’information, ainsi qu’un plan de concertation avec l’ensemble de ses parties prenantes.

« Aujourd’hui, cette certification mondialement reconnue nous permet d’être précurseur et de faire preuve de notre engagement, de valoriser et de mettre en avant les bonnes pratiques existantes, de correspondre aux attentes de nos parties prenantes par rapport à notre engagement, de s’inscrire en cohérence avec le projet du Nouveau stade et enfin, d’offrir une nouvelle ambition à notre démarche responsable», conclut Jean Gachassin, président de la FFT.