Skip to Menu Skip to Search Nous contacter France Sites web & Langues Skip to Content

Témoignages des entreprises certifiées ISO 50001 : CEMOI Chocolatier Etablissement de Bourbourg et LUZEAL

L’énergie est un enjeu majeur pour l’agroalimentaire : avec 14% de la consommation totale, il s’agit du 3ème secteur industriel le plus énergivore en France, derrière la chimie et la métallurgie. L’agence internationale de l’énergie estime que le potentiel d’efficacité énergétique se situe entre 18 et 26% en moyenne dans l’industrie mondiale. Le CEREN (Centre dÉtudes et de Recherche Économiques sur l’Énergie) estime pour sa part le gain potentiel pour l’industrie agroalimentaire française à 28%.

L’énergie est l'un des 3 principaux coûts des industriels agroalimentaires. La maîtrise du poste « énergie » est donc un enjeu fort pour les industries  de ce secteur afin de préserver leur compétitivité et maintenir les emplois.

Les entreprises ont gagné en maturité sur ce sujet mais les défis sont lourds à relever car le secteur de l'agroalimentaire est composé à 90 % de PME. Selon l’expérience d’Okavango (cabinet de performance énergétique - étude 2013) il est possible de réaliser près de la moitié des économies d’énergies sans investissement, en agissant sur les besoins, les comportements et la conduite d’installation. Quant au CEREN, il a identifié 20% de gain avec un temps retour moyen sur investissement de moins de 3 ans.

Sous l’impulsion de leurs dirigeants, les PME actionnent aujourd’hui certains leviers comme la lutte contre les gaspillages ou encore la remise en cause des méthodes et des besoins. Les aides financières par la bonification des certificats d’économie d’énergie encouragent les entreprises à instaurer une réelle politique énergétique, prenant en compte l’optimisation des processus de production ainsi que la formation des salariés pour faire évoluer leurs gestes quotidiens et adopter une stratégie d’amélioration continue de leurs performances énergétiques.

C’est ce qu’en témoignent les entreprises CEMOI Chocolatier Etablissement de Bourbourg et LUZEAL qui ont fait le choix de la certification de leur Système de Management de l'Énergie selon la norme ISO 50001:2011.

Pourquoi avoir fait le choix d’une certification ISO 50001 ?

CEMOI Chocolatier Etablissement de Bourbourg   : « Le groupe était déjà engagé dans une démarche de performance énergétique avant que la décision de mieux structurer notre démarche se révèle être une évidence : plus de formalisation et un processus plus structuré d’amélioration continue. Notre besoin d’investissement et la possibilité de bonification des C2E a fortement contribué à accélérer notre engagement dans le démarche de certification ».

LUZEAL : « L’opportunité de bonification des C2E a été le facteur  déclenchant pour s’engager dans une démarche de certification ISO 50001. Mais dès le départ, l’équipe d’encadrement  a perçu l’intérêt de travailler d’une façon plus structurée les économies d’énergie que nous engageons dans notre secteur de la déshydratation de fourrages. La décision d’entrer dans une démarche ISO a été prise de manière collégiale en janvier 2013 ».

Quels étaient les résultats attendus ?

LUZEAL  : « Nous étions au terme d’un programme de 4 ans au cours duquel nous étions arrivés à une économie d’énergie fossile de 40 % à la fois par substitution de charbon par de la biomasse et en agissant sur l’humidité initiale du produit à sécher. Nous voulions ne pas nous arrêter là et s’attaquer notamment à l’électricité, 2ème poste de dépense énergétique. Nous avons lancé un important programme de variateurs de fréquence permettant de moduler la vitesse des moteurs. Nous attendions 10 % d’économie d’électricité. Et puis nous nous refusions à stopper nos efforts d’économies d’énergie pour le séchage. Mais cela devenait moins facile ! ».

CEMOI Chocolatier Etablissement de Bourbourg  : « Nous avions besoin de financer un nouvel équipement en production de froid industriel pour notre site et nous nous étions fixés un objectif de réduction de 10% de notre facture d’électricité sur un an ».

Les résultats ont-ils été atteints ?

LUZEAL : « En 2 ans nous avons réduit de 12 % notre consommation d’électricité.  Nous avons atteint l’objectif que nous nous étions fixés pour 2016 et en sommes très agréablement surpris. Nous avons obtenu notre certification ISO 50001 dès  novembre 2013. Nous sommes actuellement en cours de révision de notre revue énergétique afin de revoir nos indicateurs de performance et de fixer de nouveaux objectifs ».

CEMOI Chocolatier Etablissement de Bourbourg  : « La bonification des C2E nous a permis de financer au 2/3 notre important investissement pour notre équipement en production de froid. La démarche de certification a permis de mieux identifier les gisements d’économie d’énergie via la revue énergétique. Grâce à cela, nous avons réalisé 12% d’économie sur la facture d’électricité en 1 an : notre avons donc dépassé notre objectif initial. Enfin la certification ISO 50001 nous permet d’être exemptés de notre obligation réglementaire d’audits énergétiques à décembre 2015, notre CA étant supérieur à 50 millions d’euros ».

Pouvez-vous nous parler de la mise en place de votre Système de Management de l’Énergie (SMÉn) ?

CEMOI Chocolatier Etablissement de Bourbourg  : « Notre site étant déjà certifié ISO 9001, nous avons intégré notre système de management de l’énergie dans notre système qualité existant, considérant que la gestion de l’énergie est un processus de management de la qualité. Ceci aussi dans un but de simplification de notre Système de Management de la Qualité. Nous avons réalisé une revue énergétique et identifier les principales utilisations de l’énergie au sein de l’usine. Nous avons commencé avec un plan de comptage général et simple. Nous avons précisé nos grands axes d’amélioration énergétique. Pour cela, nous nous sommes appuyés sur l’expérience terrain en sollicitant nos équipes de maintenance et de production. Nous avons obtenu notre certification ISO 50001 en mai 2014 ».

LUZEAL  : « L’entreprise n’était engagée dans aucune démarche de système de management quand nous avons décidé d’opter pour une certification ISO 50001. Il a donc fallu s’approprier progressivement la norme ISO 50001 et la déployer à tous les niveaux hiérarchiques de l’entreprise. Nous nous sommes fait aider la première année par un cabinet extérieur afin de construire les bases du système de management. Nous avons réellement mobilisé l’ensemble du personnel la deuxième année de mise en œuvre. Nos audits internes nous ont permis d’améliorer progressivement notre système. Nous avons sélectionné et planifié nos actions prioritaires et concentré tous nos efforts sur celles-ci en définissant des indicateurs de surveillance. Nous modifions toute notre approche d’économies d’énergie qui a toujours été au cœur de notre métier avec certainement encore plus d’efficacité ».

Y-a-t-il un point de vigilance que vous souhaiteriez mettre en exergue ?

CEMOI Chocolatier Etablissement de Bourbourg  : « Notre point de vigilance a été celui relatif à la veille réglementaire rendue compliquée par la volumétrie et la complexité des textes. Nous avons opté pour une solution externalisée de veille. Le faire en interne nous a paru très chronophage et sans véritablement de valeur ajoutée ».

LUZEAL : « La mobilisation de l’ensemble du personnel est un vrai enjeu de réussite dans le mise en œuvre de notre système de management ».