Skip to Menu Skip to Search Nous contacter France Sites web & Langues Skip to Content

Les matériaux présents dans les espaces confinés (habitacles de véhicule, cabines, intérieurs des bâtiments…) sont soumis à une règlementation très stricte en terme « d’émissions » intérieures.

Analyses chimiques et air intérieur

En effet, sous l’effet de contraintes environnementales (chaleur notamment), ces matériaux émettent différents types de composés chimiques qui peuvent être dangereux pour la santé des usagers. 

Les taux et limites acceptables sont dictées par des règlements européens ou par les prescriptions des donneurs d’ordres, notamment dans le domaine du transport.

Fabien Spittler, Directeur Commercial des laboratoires SGS de Cestas et Etupes (ex Sercovam) : « Dans le secteur automobile plus particulièrement, le changement régulier de design, les innovations permanentes (notamment sur les matériaux recyclés), les contraintes d’allègement ou les souhaits de personnalisation du client final démultiplient les matières, et par conséquent les risques liés à leurs émissions. C’est donc un flux continu d’analyses que nous réalisons au sein de nos laboratoires de chimie de Cestas et d’Etupes. »

Concrètement, les cahiers des charges imposent de vérifier la conformité des pièces et matériaux aux différents tests ci-dessous :

  • Composés Organiques Volatils (ou COV) : les produits à quantifier sont, entre autres, les COV totaux, le benzène, le toluène, l’éthylbenzène, les xylènes et le styrène. Le dosage effectué pour évaluer la quantité de COV émis par les matériaux est réalisé à l’aide d’un couplage thermodésorption (TDS) / chromatographie en phase gazeuse (GC) / spectrométrie de masse (MS). Les principales méthodes pour effectuer ses mesures sont Renault D42 3109, VDA 278, PSA D10 5495, NF ISO 16000-6, Renault D49 3027, Renault / Nissan RNES-B-00114 v1.1, VW PV3341, Kia/Hyundai MS300-55, Toyota TSM0512G et TSM0508G, Nissan M0402, ISO12219-2, GMW15634, VDA 277, Ford BZ157-01, TPJLR.52.095, Volvo STD429-0003, …
  • Formaldéhydes et autres composés carbonyles : on va effectuer un dosage du formaldéhyde, des aldéhydes et des cétones en dissolvant ces composés dans de l’eau après chauffage, puis en analysant cette solution par HPLC (chromatographie liquide haute performance). Les méthodes les plus couramment pratiquées sont Renault D40 3004, PSA D40 5535, VW PV3925, Renault D49 3085, VDA 275,  NF ISO 16000-3, Ford BZ 156-01, GMW 15635, Volvo STD429-0002 et VCS 1027,2739, BMW AA-0061, …
  • Fogging ou volatilité : sous l’effet de la chaleur, les matériaux de l’habitacle émettent des composés qui peuvent se déposer sur un vitrage froid. C’est l’effet de fogging (voile gras que l’on peut constater sur son pare-brise). Il existe 3 techniques de mesures pour quantifier ce dépôt (ou condensat) sur le vitrage : la brillancemétrie, la gravimétrie et la transmission (ou mesure de Haze). Les différentes méthodes de mesures sont D451727, Renault / Nissan RNES-B-00070 v1.0, VW PV3015, DIN 75201, Toyota TSM0503G et TSH1564G, SAE J1756, Kia/Hyundai MS 300-54, Nissan M0161, GMW 3235, Volvo STD420-0003 et VCS1027,2719, Honda HES D 6508, D45 1601, …
  • Analyse olfactive (odeur) : après le design et l’esthétique du véhicule, la sensation que ressentira un usager ou un futur acheteur sera… l’odeur. Celle-ci se mesure par l’intermédiaire d’un panel expert qui pourra :
    - quantifier l’intensité olfactive globale du matériau
    - caractériser l’odeur en fonction de différents référents olfactifs
    Les méthodes réalisées dans nos laboratoires sont Renault D49 3001, Renault / Nissan RNES-B-00096 v1.0, VW PV3900, PSA D10 5517, Renault D49 3046, Toyota TSM0505G, VDA 270, Renault D47 1217, ISO 13302, Ford BO 131-03, TPJLR.52.458, Kia/Hyundai MS300-34, GMW3205, Volvo STD429-0001 et VCS1027,2729, LH10914580, ….

Ces 4 essais se pratiquent aussi bien sur des matières premières (polymères, peintures, …) que sur des pièces formées ou injectées. Pour ces dernières, une enceinte spécifique à double chambre est utilisée pour le prélèvement des échantillons de tests. Michael DELAHAYE, expert qualité de l’air, explique le principe de ces essais particuliers en vidéo :

Pour tout renseignement, contactez-nous via le formulaire ci-dessous.